Publisher Theme
Art is not a luxury, but a necessity.

EFFERVESCENCE CONTENUE A DIASS: La jeunesse « SAFENE » prend les armes !!!…

0

Fief de l’AIBD – Aéroport International de Blaise Diagne, la Commune de DIASS connaît une excitation mal contenue.

A une semaine de l’ouverture du premier FESTIVAL ’’PULOH KUR SAAFI’’, sur ses terres, (le second de son histoire) prévu les 18 et 19 Janvier 2019, la jeunesse de DIASS se retrouve malgré tous les efforts déployés, perplexe, tiraillée entre révolte et résignation.

Une grogne inhabituelle, toujours invisible chez cette communauté paisible et pacifique flotte dans l’atmosphère.

Et pour cause, depuis plus de six mois, les membres du comité d’organisation multiplient les visites de courtoisie pour sensibiliser les nouveaux voisins du premier cercle de leur terroir (AIBD, sociétés installées dans le territoire, opérateurs économiques, hommes politiques..) à la tenue de ce festival, manifestation d’importance majeure pour la communauté SAAFI. A ce jour, aucun geste concret n’est manifesté, aucune marque significative d’intérêt n’est ressentie à leur endroit !

Ils déplorent et rejettent cette attitude d’indifférence (?), de la suffisance (?), du manque de considération (?) ou de la sourde oreille,  envers une population longtemps faussement perçue atone ou introvertie parce que silencieuse, aussi bien des autorités de tutelle hiérarchiques, communale, départementales et gouvernementales que des fils du terroir dans les plus hautes sphères économiques dirigeantes publiques et privées.

Cette jeunesse de DIASS ne veut plus voir sa commune confinée et  être ensevelie dans les entrailles des flancs de la Faille Tectonique éponyme, furtivement traversée à vive allure par des tombereaux de véhicules assassins sur la N1.

Elle projette de construire une réplique touristique de villages ancestraux où survivraient les richesses artisanales et artistiques de son histoire ; de reconstituer les itinéraires mystiques de ses devanciers autour de la «  fameuse montagne historique  MACNA NDEBANE, de la cohabitation ancienne de l’ethnie Saafi, de ses artistes culturels et du fameux MBAYID et sa danse magnifiquement remarquable. Ce festival sera couronné par une exposition ancienne montrant ainsi les vestiges préhistoriques du ‘comment vivaient les ancêtres Saafi’.  Et pour cela, des cases ancestrales seront reconstituées, construites et équipées reflétant ainsi le mode de vie des Saafi. Cette exposition est le moyen de communiquer, de montrer et d’expliquer aux visiteurs et à la nouvelle génération Saafi ce qu’était la cohabitation ancienne des Saafi. »

Las d’attendre en quémandeur le bon vouloir des sollicités en parrainage, un quatuor de jeunes acteurs de la commune s’est levé pour faire le tour des médias, nous rencontrer et prendre les vraies armes – celles de la communication et de la non-violence verbale autre des frustrés – s’exprimer avec singularité pour les convaincre de les rejoindre à cette grand’messe annuelle SAAFI, à pérenniser pour les générations futures.

Celle-ci sera l’occasion, à travers chants et danses traditionnels, de faire découvrir au monde cet ostracisme culturel dont l’ethnie Saafi est inconsciemment et « banalisément » victime, mais aussi les talents éclatants de la nouvelle génération Hip Hop, le groupe SAFEN BE, qui s’ouvre et s’offre à la mondialisation.

Pour se doper,  et conjurer cette indolence dont on l’accable, elle a pris comme chant de guerre, la fameuse phase de Thomas Sankara : « L’esclave qui ne peut pas prendre en charge sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort ! ».

Même si la métaphore peut paraître excessive, démesurée au vu des enjeux et des contextes mis en parallèle, il demeure que les motivations sont les mêmes : le refus de se soumettre et disparaitre sans se battre.

Cette jeunesse-ci est déterminée à donner vie à ce FESTIVAL PULOH KUR SAAFI et réussir le pari de la transmission ethnoculturelle aux générations futures. Un web télé est créé pour acter : Saafi TV. Il est à soutenir objectivement par tous les moyens : caméras, table de mixage, micros….

Le stade communal sera le théâtre de  cet évènement inédit sans le département qui verra une convergence des diverses composantes d’une branche que d’aucuns associent au Groupe Sérère.

Leave A Reply

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :